Vous êtes ici

Précédent
Favoris

#2 Des Quartiers en Transition - 19 février 2021 - Accompagner les quartiers prioritaires vers l’alimentation durable

Dans le cadre du cycle "Des quartiers en transition", cette deuxième rencontre a abordé le sujet de la transition sous le prisme de l'agriculture de demain, l'évolution des modes de consommation vers l'alimentation durable, ainsi que les enjeux de santé induits.

La notion d’anthropocène[1], qui caractérise une époque inédite où les humains se positionnent comme principale force de changement sur Terre, révèle les nombreux désordres générés par les effets nos activités notamment sur le climat[2]. Notre système alimentaire est à la fois sur le banc des accusés mais aussi parmi les victimes du réchauffement climatique.

Il est ainsi démontré que l’agriculture intensive et l’industrie alimentaire, si elles ont contribué à sécuriser l'accès à l'alimentation pour les européens au XXème siècle (notamment grâce à la Politique Agricole Commune (PAC)[3] de l’Union Européenne), contribuent à la dégradation de l’environnement (appauvrissement de la qualité des sols, usage de pesticides, pollution de la ressource en eau, perte de biodiversité, …) et aux émissions de gaz à effet de serre[4].

En outre, les effets directs du réchauffement climatique, tels que les périodes de sécheresses et le déficit pluviométrique induit, impactent notre système alimentaire. Alors que celui-ci subit déjà d’importantes pressions liées à la croissance démographique et au phénomène de périurbanisation qui consomment les terres agricoles.

Face à ces constats des effets de l’activité et du développement humain sur son environnement, via l’agriculture intensive, la nécessité d’une transition alimentaire anime les débats actuels.

Cette transition envisage une évolution vers des modes de productions qui permettent à la fois de nourrir les habitants en quantité et en qualité suffisante tout en préservant la planète et en étant économiquement viable.

Ce qui interroge sur la garantie d’apporter aux populations issues des quartiers prioritaires un accès équitable à l’alimentation durable. Or, des difficultés sont préexistantes puisque les habitants de ces secteurs cumulent des indicateurs de fragilités alarmants en matière de santé publique[5]. A cela s’ajoute la crise sanitaire actuelle qui met la question de la précarité / l'insécurité alimentaire à l’ordre du jour. Celle-ci souligne plus que jamais la nécessité pour les quartiers prioritaires d’être pleinement intégrés aux filières de circuit court/bio, et aux stratégies alimentaires territoriales globales plutôt que dans une optique d’urgence d'aide alimentaire.

Cela implique de construire de nouveaux modes de gouvernance alimentaire territoriale qui incluent les potentiels des QPV tout en permettant de sensibiliser et de mobiliser les habitants de ces territoires spécifiques.

Il s’agit également de redonner sa place à l’agriculture dans nos territoires, via des dispositifs qui visent à réintroduire l’agriculture urbaine dans les quartiers tels que l’appel à projet Quartiers Fertiles de l’Anru qui repose sur une véritable ambition productive.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

[1] Littéralement anthropocène signifie « l’âge des humains »

[2] Cf. intervention de Jean Jouzel #1 Le renouvellement urbain à l’épreuve des changements climatiques

[3] Prévue par le traité de Rome de 1957, la PAC voit le jour en 1962 et représente 40 % du budget de l’UE. Si elle a permis à ses début le développement agricole via l’industrialisation et le productivisme, elle change aujourd’hui de braquet un proposant une politique plus intuitive et innovante. La Commission vise ainsi à promouvoir un secteur agricole durable, compétitif et prospère, au-delà de 2020 (https://ec.europa.eu/info/food-farming-fisheries/key-policies/common-agricultural-policy/future-cap_fr )

[4] L’agriculture a émis en 2017 19 % des émissions de GES de la France, soit le 3ème poste d’émissions national (https://ree.developpement-durable.gouv.fr)

[5] La santé des habitants en quartier prioritaire de la politique de la ville : une moins bonne perception de l’état de santé et une plus forte prévalence du surpoids et de certaines pathologies - ONPV 2019 publié en Juillet 2020 « La santé des habitants des quartiers prioritaires se caractérise par des indicateurs plus dégradés que dans le reste de leurs agglomérations. Plus de la moitié de la population y est en surpoids, en particulier les femmes, et elle bénéficie d’une alimentation moins équilibrée. » http://www.onpv.fr/theme/sante

Informations

Programme #2

Poids : 173.02 Ko
Téléchargement Favoris +

Bibliographie #2

Poids : 468.73 Ko
Téléchargement Favoris +

 

Les documents diffusés par les intervenants

Présentation Philippe Pointereau Alimentation durable / agroécologie 19 février 2020

Présentation Victoria Sachsé jardins partagés et participation des habitants 19 février 2020

La rencontre est disponible en replay sur la chaîne YouTube de l'IREV

#2 Des Quartiers en Transition : suivez la rencontre en direct sur Youtube